Dans le cadre de la Biennale de l’Image Tangible, qui « explore des pratiques qui tendent à s’émanciper d’un usage classique de la photographie » et fait  » découvrir de nouveaux langages à la limite de ce médium », je participe à une table ronde le samedi 8 décembre à la Médiathèque Marguerite Duras (115 rue de Bagnolet, Paris XX).

Comme le dit le texte de présentation, mon travail de reccherche « retrace l’évolution de la photographie expérimentale à travers l’analyse des œuvres d’une centaine de photographes. En effet, depuis ses débuts, la photographie n’a jamais cessé d’expérimenter, et ne s’est jamais limitée à la simple fonction de reproduction ou de documentation du réel. Il serait également intéressant de comprendre que la photo n’a pas attendu l’avènement du numérique pour expérimenter et modifier notre vision du réel. »